Animisme et autres pensées des hominidés

Une période aux parfums d’animisme et autres invocations shamaniques qui nous invitent à imaginer des correspondances sociologiques pour raconter l’histoire des civilisations reculées : De 400.000 ans à 2000 ans avant notre ère.

  • De la maîtrise du feu à l’écriture symbolique des glyphes pour organiser la cité ;
  • De la cuisson de la viande à la connaissance des nombres, les civilisations se sont succédées/mélangées.

En tous lieux du globe terrestre, l’humanité s’est développée en communautés de plus en plus grandes. Jusqu’à 40.000 habitants il y a 5000 ans dans la vallée de l’Indus. La pensée des anciens est si éloignée de notre conception qu’il s’agit plus de la cerner par une approche phénoménologique des communautés vivantes au sein même de la nature que de l’envisager d’un point de vue théorique (épistémologiquement viable à un certain moment). Les dernières civilisations reculées, donc les plus récentes, nous ont légué l’idée d’une structure sociale bâtie sur de grands centres urbains pour organiser la communauté humaine. Ce modèle trouve ses limites à l’heure actuelle, soit plus de 5 millénaires après…

« Je pense donc je suis » disait Descartes, « sapiens » et « erectus » sont nos ancêtres, ceux et celles qui nous ont précédés. Car le temps s’écoule, de cette réalité découle l’émergence de la pensée, de la conscience et de l’humanité. De l’individualité à la conscience de groupe, de l’âme à la société, l’évolution révèle sur le plan physique les manifestations du temps. Sommes-nous pleinement conscient des évolutions de l’humanité ? Certainement pas ! A l’heure actuelle, avec tous nos moyens de perception, de détection et d’analyses, nous restons des ignorants face à l’écoulement du temps et aux conséquences d’une implication généralisée du genre humain au niveau planétaire et systémique.

L’homo-sapiens date de plus de 100.000 ans, mais une attention particulière sera portée sur une période géologique (-900.000 ans) pour essayer d’avoir une vue d’ensemble de la biosphère (à cette époque et donc à notre époque). Car une autre période géologique m’intéresse, celle qui oscille autour des -12.000 ans, elle sera également analysée/focalisée par une attention particulière.

Les civilisations reculées seront abordées d’un point de vue scientifique et symbolique. Je chercherai à situer la pensée cosmologique qui, pour chaque civilisation ancienne ayant participée au développement scientifique du genre humain s’en est fait une idée plus ou moins cohérente. Les symboles mythologiques seront également abordés pour cerner la pensée symbolique des temps anciens. En effet, la science n’utilise-t-elle pas son propre jargon ?

Philosophie et science étaient bien plus liées jadis que de nos jours… C’est pourquoi, j’essayerai de détailler, plus ou moins, les symboles des temps passés pour comprendre, dans sa globalité, la pensée de ceux qui nous ont précédés. L’analyse scientifique « au sens strict » n’est pas adaptée pour essayer de comparer/comprendre/situer les anciennes civilisations. Il faut plutôt utiliser la pensée par analogie et l’esprit de synthèse.

Auteur de l’article : Patrice PORTEMANN