De l’Orient vers l’Occident

A l’origine des civilisations, la portée des sciences est (à priori) exclusivement utilitaire. Même les mathématiques sumériennes, égyptiennes ou chinoises ont une portée seulement utile ou pédagogique dans les calculs de construction, de mesures diverses ou d’organisation de la cité. Les grecs ont apportés à l’humanité une forme d’abstraction supplémentaire, une ébauche de généralisation dans les raisonnements. Malheureusement, les romains n’ont pas prolongés cette initiative…

Les méthodes scientifiques sont considérées comme rigoureuses (méthodes déductives) à partir des travaux de l’École de Pythagore {voir logique I}. L’approche scientifique des faits dérive d’une observation « sensorielle » à partir d’Aristote. Même à cette époque, la science est toujours considérée comme une philosophie naturelle.

Les termes à distinguer puis à associer pour restituer le contexte étymologique et historique sont :

  • Epistêmê (grec) : savoir théorique
  • Gnôsis : connaissance
  • ‘ilm darûrî : connaissance nécessaire
  • ‘ilm riyâdî : science mathématique
  • Scientia : connaissance qui dérive de scientis « de celui qui sait »
  • Scire : savoir et parfois (période impériale) décider, décréter

Le philosophe est « l’ami de la sagesse », l’être qui cherche simplement à connaître puis à intégrer ce savoir et cette compréhension du monde pour en restituer la « synthèse progressive au service de l’humanité ».

Au VIe siècle, Boèce traduit Aristote et il inclut, sur des bases latines, le terme scientificus pour désigner tout ce qui est de nature scientifique.

Les Arabes ont certainement hérité du travail des byzantins et des perses. Les médecins de Bagdad, sous la dynastie des Abbassides, ont traduit un nombre considérable d’ouvrages comme des encyclopédies scientifiques et autres documents provenant des ioniens, des grecs, et des védas. Néanmoins, l’on retrouve quand même les « traditions douteuses » du papyrus de Thèbes qui indiquent comment fausser les métaux pour les colorer en or, comment fabriquer des pierres précieuses ; informations que l’on retrouve en Europe occidentale (Espagne) jusqu’au X° siècle dans « Kitab-al-Fihrist » c’est-à-dire le « Livre de l’Artisan » rédigé par un certain Al-Nadim. Et c’est au XII° avec Robert Castrensis que cette connaissance alchimique transite par les Pyrénées avec un ouvrage nommé « Liber de compositione alchemiae » puis en 1572 apparaîtra une compilation beaucoup plus vaste qui s’intitula : « Artis auriferae quam chemian vocant » c’est-à-dire « l’art de faire de l’or qu’on appelle la chimie ».

Au XII° siècle lorsque le savoir Arabe arrive en occident via l’Espagne, les scientifiques arabes savaient préparés le sel ammoniac, l’acide sulfurique, l’acide azotique, l’eau régale (pour dissoudre l’or). Ils utilisaient également le nitrate d’argent (NO3- ; Ag+) c’est-à-dire la pierre infernale, la litharge, le minium, tous les amalgames (alliages métalliques) et certains sulfures métalliques le cinabre et l’orpiment. Ils utilisaient (bien sûr) des alambics pour obtenir l’alcool pur et toutes sortes de distillats.

Tous ces termes, alchimie, alambic, alcool, alcalins,…, sont issus des recherches scientifiques des Arabes. Au XIe siècle, l’Europe est une communauté inculte ; lorsqu’une cathédrale chrétienne compte une centaine de livres, à la même époque, le centre culturel de Cordoue dénombre plus de 80.000 livres. C’est en 1085 qu’Alphonse VI pénètre à Tolède par la porte qui porte maintenant son nom. C’est à Tolède que les livres et toute la sagesse contenue sont découverts pour la première fois. Les lettrés juifs et Arabes parlaient également espagnol, tous les savants européens affluaient donc vers ce centre de culture pour y apprendre les mathématiques, l’astronomie, la philosophie…

C’est ainsi que pour la première fois, on retrouve les chiffres indous (1, 2, 3…) sur les poutres d’une cathédrale anglaise en 1245. Les Arabes avaient adopté le système de numération indou[1] à partir du VIIIe siècle. Le savoir récupéré à Tolède commence donc à se propager en Europe et l’on voit s’ériger les premières universités du monde occidental (Toulouse, Montpelier…). Dans les centres culturels chrétiens, se développe donc le « savoir laïque » comme par mimétisme de la culture Arabe. Ce sont les ouvrages d’Aristote qui fascine le plus puisqu’il s’agit de raison, de logique et d’arguments ordonnés pour former un discours.

[1] Système positionnel avec 1 et le zéro associé à 1 pour former 10 puis 100…

Auteur de l’article : Patrice PORTEMANN