Archives pour la catégorie Mentalisme

A partir des grecs, monothéisme, la raison, la logique, l’analyse…

J. Holcroft et la Société Moderne ?

John Holcroft est un artiste et illustrateur britannique (né le 16 juin 1971). Il est connu pour ses illustrations satiriques et politiques publiées par The Guardian, la BBC, le New York Times, le Wall Street Journal… John Holcroft se réalise depuis 1996 et il a testé de nombreux médiums et de styles au fil des ans. C’est en 2001 qu’il a commencé à travaillé numériquement mais ce n’est qu’en 2010 qu’il a créé sont style actuel de « sérigraphie ». Ses oeuvres sont réalisées dans un style des années 1950 pour révéler, avec décalage, les promesses de la technologie (post 2e guerre mondiale) et les réalités socio-professionnelles au début du IIIe millénaire. Le contraste est saisissant et les sujets fondamentaux du monde contemporain sont « purgés de sens » au détriment de l’individu pour satisfaire le Dieu Dollar.

Lire la suite J. Holcroft et la Société Moderne ?

L’intelligence artificielle

L’intelligence humaine déjà, n’est pas finalisée  dans sa réalisation pour parler simple et pour ne pas détailler la réalité. L’intelligence artificielle existe depuis peu de temps. Disons 50 ans pour simplifier l’origine de la maîtrise d’un courant électrique lorsque le genre humaine se balade sur Terre depuis plusieurs millions d’années. Car c’est de cela qu’il s’agit, d’un courant électrique qui circule dans un fil conducteur lorsqu’un générateur contrôlé par l’homme apporte l’énergie nécessaire pour faire circuler une information identifiée à une variable enregistrée et inclue dans le programme de contrôle.

L’intelligence artificielle est née depuis une vingtaine d’années lorsque les microprocesseurs pouvaient exécuter rapidement un grand nombre d’opérations.

Les opérations générées par les algorithmes informatiques permettent maintenant de structurer les machines par autodidaxie. Le mot n’est pas utilisé à la légère.

L’intelligence artificielle permet donc d’apprendre par elle-même les nécessités optimales d’un système confiné. Par exemple pour jouer aux échecs ou au jeu de Go plus complexe, l’apprentissage autonome marche mieux que l’algorithme calculatoire ultra-puissant.

La société humaine ne prend pas suffisamment en compte le développement rapide des machines autonomes. Il suffit d’une connexion autonome en WIFI pour constater un échange d’informations entre un Smartphone et le routeur d’une maison par exemple.

La compréhension de l’électronique permet d’envisager quelques  subtilités essentielles basées sur l’existence virtuelle d’un programme informatique. Peut-on imaginer que dans le futur un super algorithme puisse trouver la solution d’une auto alimentation électrique ? L’énergie électrique alimente un système informatique aussi complexe qu’il puisse être… Sans électricité un ordinateur s’éteint. De nombreuses taches nécessaires au fonctionnement de la société humaine sont exécutées par des machines, stockées sur des serveurs et contrôlées par des algorithmes limités finalement par des seuils. Ce sont les seuils qu’il faut discerner pour gérer, à terme, l’autonomie des machines.

Les machines sont et seront encore nécessaires à la fluidité de l’information qui circule dans le réseau de la société humaine.

 

 

 

 

De la force humaine à la force future

La technicité d’une pratique permet de satisfaire les usages de l’humanité. De l’âge de pierre pour tailler un silex à l’ère atomique pour utiliser l’énergie nucléaire, l’humanité transforme les forces mises en jeu pour assouvir ses besoins. La force mécanique du bras de l’homme préhistorique taillant la pierre pour fabriquer un « racloir » lui permet ensuite de nettoyer les peaux de bête pour les porter et se réchauffer. La technique réside dans la gestuelle qui frappe au bon endroit un silex pour le tailler convenablement.

Pour extraire l’énergie nucléaire d’un atome, c’est un peu plus compliqué car cette technique se base sur une formulation théorique complexe pour en suivre les différentes étapes de conversion de la masse en énergie. Au final, on peut utiliser une énergie libérée par l’atome qui « chauffe l’eau » permettant d’entraîner (par une force de rotation) un alternateur qui produit de l’énergie électrique. La technique consiste à récupérer l’immense énergie contenue dans un gramme d’atome lourd, un atome qui devient instable par un « bombardement neutronique ».

Depuis la nuit des temps, l’humanité cherche à utiliser des « forces » qui peuvent travailler à son service. La force humaine est faible, un cheval ou un bœuf travaille mieux pour labourer la terre.

Les premières techniques ont exploitées la force animale. La civilisation Arabe a principalement développée la force de l’eau (et du vent) pour entraîner des engrenages. Puis l’Europe a exploitée la force de la vapeur puis la force électrique et enfin la force nucléaire.

Les techniques reflètent l’expression manifestée de l’exploitation d’une force. A partir de cette force, un travail est effectué. L’idée est simple mais l’évolution que nous avons suivie a été longue et jonchée de pièges et de conflits. Il est évident, par le petit diagramme ci-dessous, que la découverte des techniques et l’application des forces exploitées s’accélère nettement depuis la renaissance (1400).

De nos jours et depuis l’ère informatique et numérique (1980) les progrès réalisés à l’échelle sociale sont fulgurants car la résolution des problèmes posées est facilitée par la puissance de calcul des machines et des algorithmes.

  • Force humaine (-800.000)
  • Force animale (-10.000)
  • Force de l’eau et du vent (900)
  • Force de la vapeur (eau + feu 1600)
  • Force électrique (1800)
  • Force atomique (1900)
  • Force future ?

Quelle sera la nature de la force future ? Je vais fournir 2 hypothèses  argumentées pour les générations futures…

Hypothèse n°1 (2005) : J’imagine qu’il nous manque une connaissance expérimentale de la force électrique. La formulation théorique de la structure de la matière est incomplète. Le modèle standard est insuffisant pour aborder toutes les facettes de la matière. Je pense à une force extraite « de l’air » (de l’espace environnant), une des autres formes possibles de la force électrique. J’envisage {comme une possibilité} un système qui permettra de produire aisément de l’électricité en utilisant peu d’énergie et une technologie abordable à tout un chacun. La notion de pile en électricité est vieille de 200 ans et nous n’avons pas avancé depuis (certes nous avons amélioré les rendements). Dans ce domaine, il y a des opportunités à saisir. Mais lesquelles ? Je ne sais pas. La théorie doit encore approfondir la structure de la matière. Basée sur l’idée que la matière est de l’énergie a son point de vibration le plus bas (H.P.B.), nous trouverons certainement quelque chose d’intéressant dans cette notion.

Je souhaite nommer cette force la « force koïlonique » pour rappeler le livre qui m’a inspiré : « La chimie occulte » d’A. Besant et L.W. Leadbeater, ed. Adyar. {à détailler avec les particules élémentaires et le champ de Higgs}

Hypothèse n°2 (3500) : J’imagine également une force future de nature psychique. La technique humaine évolue nécessairement dans le domaine de la psychologie. Et c’est normal car la nature humaine structure son abstraction, sur une base animale, une abstraction consciente des réalités phénoménologiques. Alors qu’elle sera cette force psychologique du futur que l’on pourra exploiter pour engendrer un travail ? Il s’agit de la force de l’amour et plus généralement de la force psychique appartenant aux sciences noologiques. Les techniques ici présentées concernent les sciences cosmologiques…

Le Monde Arabo-Persan

Le premier calife[1] des Abassides (Al Manza ou Al Mansùr 712-775) fit traduire tous les livres des Grecs pour fonder une université et une bibliothèque à Bagdad où les Européens allaient chercher le savoir, sur les terres de l’ancienne Mésopotamie et de la science antique d’orient, sauvegardée et transmise par les Arabes.

En astronomie, par exemple, c’est la réduction des théories de Ptolémée en tables, le perfectionnement des instruments de mesure et la multiplication des observations qui révèlent des erreurs sur le temps de révolution de la lune, sur les éclipses solaires, les positions respectives de mercure et de vénus par rapport au soleil… Les Arabes calculent précisément la précession des équinoxes (Al Batani vers le Xe siècle).

Lire la suite Le Monde Arabo-Persan