William CROOKES (1832-1919)

Il est né à Londres en 1832. Physicien, chimiste et météorologue du Collège Royal de la Chimie. il se se distingue dans l’analyse spectrale et il découvre le thallium en 1861. William Crookes a étudié la physique moléculaire en atmosphère raréfié, la viscosité, la conductibilité calorique (1874-1881), la matière radiante et il invente un radiomètre. Il a émis l’idée que les rayons cathodiques sont des particules électrifiées négativement ce qu’a confirmé Jean Perrin. William Crookes devient président de la Société psychique et a publié la revue Chemical News. Il a été membre de la Société Théosophique de H.P. Blavatsky et membre de l’ordre Hermétique de la Golden Dawn.

Lire la suite William CROOKES (1832-1919)

Index Kosmos

L’Univers

Mathématiques

Epistémê

Index Civilisations

Animisme

Mentalisme

Géopolitik

Index Biographies

-5000

+500

+1789

Le Fou du Roi

Karl Schwab est le Roi (d’un petit territoire), un des dominants parmi les Puissants mais la pieuvre est tentaculaire, chaque bras armé du matérialisme occidental souhaite une part du gâteau. Le Fou est incarné par Emmanuel Macron, l’escroc, le roublard et la crapule, président de la « Ripoublique française » depuis 2017, avec ses acolytes des « young global leaders » du WEF mondial, un groupe de roquets intelligents au service du mal…

Lire la suite Le Fou du Roi

Le Nouvel Ordre Mondial (1/2)

La Terre est une planète tellurique composée d’eau et de vies multiples qui évoluent par interdépendance au sein d’une biosphère très limitée en volume pour notre espace disponible en manifestation. La Vie touche aussi la conscience humaine comme d’autres formes de vie par une expression de « conscience relative » au sein du règne minéral, végétal et animal.

  • Préceptes Théosophiques
  • Mondialistes et Souverainistes
  • Le Bien et les intentions planétaires
  • Analyse d’un jeune de 16 ans
Lire la suite Le Nouvel Ordre Mondial (1/2)

Sociologie et Sars-Cov-2

L’émergence de la pensée est observée par la science depuis l’imagerie médicale optimisée (découverte en opto-électronique) dans le monde fascinant de la physique théorique. Qu’il s’agisse de manger une pomme comme stimulus physiologique provoquant l’émergence de « l’idée de pomme » c’est une chose mais le simple fait de penser à la pomme engendre les mêmes zones cérébrales stimulés par l’influx nerveux et là c’est autre chose d’un point de vue épistémologique. L’imagerie médicale prouve que l’idée de pomme (simplement imaginée) et la stimulation physiologique (par la substance matérielle) sont identiques. Les modèles scientifiques actuels (modèle standard en physique, système cognitif en neurologie, psychologie sociale…) sont tellement simplistes/limités qu’une vie ne suffira pas pour en expliciter les lacunes.

Lire la suite Sociologie et Sars-Cov-2

CLAUSIUS Rudolf (1822-1888)

Il était professeur à l’École supérieure technique de Zurich en 1855 et il eut Roentgen dans son cours sur la théorie de la chaleur, l’élasticité et les vibrations élastiques. Après les travaux de Joule l’idée est répandue que la chaleur n’est pas de la matière…

Clausius développe le principe de Carnot en supposant que la production d’un travail mécanique exige non pas une modification de la répartition de la chaleur (du corps chaud vers le corps froid) mais une dépense de chaleur[1] (point d’appui sur l’équivalent mécanique de la chaleur de Mayer). Depuis 1800 on s’opposait à la perception phlogistique de la chaleur (avec l’idée d’un mouvement de particules).

Mais Clausius exprime avec la notion de différentielle « l’état de fait » des transformations thermodynamiques.

Lire la suite CLAUSIUS Rudolf (1822-1888)

Primum non nocere

Illustration Hippocrate

Professeur Jean Gabriel Balique
Membre de l’Académie Nationale de Chirurgie
jgbalique@gmail.com

À propos du projet d’obligation vaccinale
Lettre ouverte Le 2 octobre 2021

Mesdames les Sénatrices, Messieurs les Sénateurs,
Mesdames les Députées, Messieurs les Députés,

Au moment où vous allez discuter de l’obligation vaccinale, il est de mon devoir en tant que médecin, père et grand-père, de vous alerter sur la catastrophe sanitaire qui se déroule sous nos yeux, à l’ombre des autorités de tutelle. Je précise d’emblée que je ne suis ni complotiste ni anti-vaccins (je me fais régulièrement vacciner contre la grippe et je n’ai pas des a priori envers les vaccins «classiques » rendus obligatoires dans notre pays).

Lire la suite Primum non nocere

Transformations du Lycée Professionnel

La formation professionnelle (bac pro) associe des périodes de formation (22 semaines) en milieu professionnel sur 3 ans. Dans ce cadre, l’enseignant général est au service des compétences à acquérir dans le domaine de spécialité choisie, l’enseignant structure sa pédagogie, les thèmes choisis et les problématiques posées en fonction de la formation professionnelle reçue par les élèves. Le baccalauréat professionnel est un diplôme de l’Education nationale certifiant des compétences pour occuper des emplois de niveau IV dans des métiers bien identifiés. La formation est à la fois générale et professionnelle.

Lire la suite Transformations du Lycée Professionnel

J. Holcroft et la Société Moderne ?

John Holcroft est un artiste et illustrateur britannique (né le 16 juin 1971). Il est connu pour ses illustrations satiriques et politiques publiées par The Guardian, la BBC, le New York Times, le Wall Street Journal… John Holcroft se réalise depuis 1996 et il a testé de nombreux médiums et de styles au fil des ans. C’est en 2001 qu’il a commencé à travaillé numériquement mais ce n’est qu’en 2010 qu’il a créé sont style actuel de « sérigraphie ». Ses oeuvres sont réalisées dans un style des années 1950 pour révéler, avec décalage, les promesses de la technologie (post 2e guerre mondiale) et les réalités socio-professionnelles au début du IIIe millénaire. Le contraste est saisissant et les sujets fondamentaux du monde contemporain sont « purgés de sens » au détriment de l’individu pour satisfaire le Dieu Dollar.

Lire la suite J. Holcroft et la Société Moderne ?

Manipulations et Sars-Cov-2

Le monde occidental est corrompu. Les dirigeants sont maintenus au pouvoir par l’avidité, l’orgueil et l’égoïsme. Les peuples soumis à la pensée unique sont incités à consommer toujours plus de produits divers, de la culture, des idées… Tout est consommation, on achète et on vend ! L’ingénierie sociale (en occident) révèle l’horreur de ses méthodes au service du mal. En philosophie sociale, le mal est contraire au VRAI, au BIEN et au BEAU de l’Humanité Une. La méthodologie de gestion des masses qui est mise en place par les politi-chiens, depuis le début de la crise sanitaire, démontrent que leurs intentions sont liberticides, les conflits d’intérêts généralisés et que le virus Sars-Cov-2 est un prétexte pour implanter une gouvernance mondiale dénuée de fraternité. C’est sans compter sur l’opposition des BRICS et de certaines nations occidentales et du peuple fraternel qui ont le courage de s’opposer à la dictature des modèles économiques et de la domination sournoise des Puissances occidentales au service d’un matérialisme excessif. Vous êtes démasqués, STOP à la camisole mentale !

Lire la suite Manipulations et Sars-Cov-2

Energie, Plasma et Psyché

La seule source d’énergie extérieure à la Terre nous provient du Soleil. Les réactions photochimiques du règne végétal (création d’O2) permettent au règne animal et humain de vivre. L’éclairage d’une maison transforme l’énergie électrique en rayonnement. Le Soleil est une boule de plasma qui nous transmet sa lumière et sa chaleur. Le mental humain est une boule de neurones qui transportent l’information par un déplacement de charges électriques, c’est le pompage sodium-potassium. L’objectif est d’analyser les modèles (physique et cognition) par l’approfondissement des variables et les données empiriques pour établir des liens entre les plasmas, le 4ième sous-plan du plan physique et l’émergence de la pensée dans le système cognitif.

Lire la suite Energie, Plasma et Psyché

Paix, Nature et Sars-Cov-2

Au début du IIIe millénaire, le monde est multipolaire. Même si la Terre possède deux pôles, au nord et au sud (causalité naturelle des contraires), le monde sociologique est multiple. Avant la chute du mur de Berlin, le monde était bipolaire (nommé ainsi -depuis 1950- par les puissants, en négligeant la présence des civilisations minoritaires et/ou plus faibles). La société humaine est naturellement colorée par des origines relatives aux peuples constitués dans le passé, les civilisations sont vieilles mais l’approche actuelle est novatrice. La communication sur Terre se généralise, par des moyens technologiques, mais aussi par l’intention mûre de réellement se parler malgré les différences. C’est difficile d’en prendre conscience profondément, non pas de l’échange nécessaire, mais des conflits incessants qui persistent depuis bien longtemps. Les périodes de paix ont existé, de manière plus ou moins longues mais toujours localisées dans le temps et dans l’espace. Peut-on envisager dans le futur une longue période de paix généralisée et étendue à toute la planète ?

Lire la suite Paix, Nature et Sars-Cov-2

MAXWELL Clerc (1831-1879)

Il est le premier professeur « Cavendish » de physique expérimentale de Cambridge. Il développe la théorie cinétique des gaz (avec ses « démons ») et il formule les équations du champ électromagnétique qui représentent la première grande unification de la physique théorique (électricité et magnétisme). Maxwell est né en Ecosse à Edinbourg, et il intègre Cambridge pour y faire des études de mathématiques.

Lire la suite MAXWELL Clerc (1831-1879)

FRANKLIN Benjamin (1706-1790)

Sa gloire repose sur deux grandes découvertes disait Millikan (Prix Nobel 1923) :

L’étude et l’interprétation de la « décharge des pointes », les phénomènes connexes et l’invention du paratonnerre. La théorie de l’électron et l’unité du fluide électrique. »

Il commence sa vie avec autonomie et détermination. Il débuta comme ouvrier dans une imprimerie. Dans ce domaine il eu accès à de nombreux livres qu’il étudia la nuit avec assiduité. Il devint ensuite imprimeur, il était végétarien et vécu en toute simplicité avec une maîtrise certaine de lui-même. En tant que citoyen, il a créé la Société Philosophique, une Académie devenue l’Université de Pennsylvanie, le premier cabinet de lecture d’Amérique, la première force de Police et le premier corps des pompiers des colonies. Membre de l’Assemblée Générale (1736, Pennsylvanie et de toutes les colonies en 54), il passa 16 ans à Londres comme représentant en Angleterre puis 9 ans à Paris pour représenter la jeune République des Etats-Unis. Enfin, il siégea (1789-90) à la Convention qui élabora la Constitution des Etats-Unis.

Lire la suite FRANKLIN Benjamin (1706-1790)

OERSTED Hans Christian (1777-1851)

Des facilités et de bonnes conditions

Il est né à Rudkoebing (Danemark) le 14 Août 1777 d’un père pharmacien. Il a découvert l’électromagnétisme et fondé l’école polytechnique au Danemark. Avec son frère Anders, ils font preuve, très tôt de grande intelligence et ils se stimulent mutuellement pour projeter des buts ambitieux. De nombreuses personnes les instruisent et ils acquièrent de nombreuses connaissances qui leurs permettent d’aller à Copenhague en 1793 et 1794 pour passer le baccalauréat. Son frère Anders allait devenir un célèbre jurisconsulte et homme d’état.

Lire la suite OERSTED Hans Christian (1777-1851)

CAVENDISH Henry (1731-1810)

C’est un illustre physicien chimiste (plutôt inconnu) et d’une psychologie déroutante. Sans ami, sans passion, sans femme, il ne dépensait pas son argent,…, seulement, il vivait discrètement au milieu des livres et des expériences. Chaque jour une promenade, chaque semaine le dîner à la Royal Society Club, chaque heure une méditation ou une expérience : il n’y a rien d’autre dans sa vie ; sauf le costume (toujours le même) commandé une fois par an à son tailleur.

Lire la suite CAVENDISH Henry (1731-1810)

FARADAY Michaël (1791-1867)

Autodidaxie et simplicité

Fils d’un ouvrier forgeron, Michaël Faraday naquit le 22 septembre 1791 dans les environs de Londres. Issu d’une famille modeste, il reçut une éducation sommaire (lecture, écriture et quelques rudiments d’arithmétique) et il commence à travailler à 13 ans comme coursier chez un libraire ; En 1805, il débute un apprentissage de relieur et libraire. Souvent malade, son père meurt en 1810.  Il n’avait donc que 20 ans et toute sa vie. Cette situation pousse le jeune Faraday à se débrouiller par soi-même avec volonté et en toute simplicité.

Lire la suite FARADAY Michaël (1791-1867)

Hermès Trismégiste

Dans les Fragments d’Hermès Trismégiste on prend conscience de la puissante logique grecque par déduction. Cette logique (structure du raisonnement), comme aime l’utiliser par la suite Aristote (qu’il nomme analyse), est basée sur la causalité des contraires. Mécanisme de réflexion exagéré d’ailleurs lorsque l’on compare « les perceptions réelles engendrées par le verbe » aux « hymnes du Rig Véda » qui expriment tant de choses dans le registre de la poésie et du langage intuitif.

Lire la suite Hermès Trismégiste

Evolution et Structure (Maths)

Les découvertes et les progrès en mathématique sont liées aux développements de la formalisation des sciences appliquées dans le domaine de la physique (les 4 éléments), de l’astronomie (trajectoire des corps célestes), du commerce (les nombres relatifs), de l’électronique (théorie de l’information)…

  • (Antiquité) Description des différents systèmes de comptage.
  • Les premiers modèles géométriques et leur utilisation au quotidien.
  • Les polyèdres (géométrie et harmonie numérique).
  • Les fonctions, les dérivées et l’étude aux limites.
  • Les probabilités.
  • Les nombres (entiers naturels, rationnels, irrationnels, complexes…)
  • L’analyse et les fonctions complexes.
  • La conférence de Hilbert (1900) et la géométrie non-euclidienne.
  • Le formalisme vectoriel de Dirac et la mécanique quantique
  • L’algèbre de Boole et les outils mathématiques pour l’électronique.
Lire la suite Evolution et Structure (Maths)

Les Cryptos Données

Les années 90

Au tout début des années 90 une calculatrice de lycée (Texas Instrument) pouvait déjà jongler/calculer avec des nombres, des lettres, des listes et des suites de caractères. Le potentiel de ces petites machines était déjà très impressionnant. En 1993, j’ai intégré une classe préparatoire (Maths sup TA) et certains camarades possédaient des Hewlett Packard pouvant communiquer entre elles sans fil, un bluetooth de l’époque. N’oublions pas que la communication radio débute à la fin du XIXe siècle avec Heinrich Hertz (circuit RLC) et Nicolaï Tesla (télécommande sans fil d’un petit bateau). Il ne faut pas s’étonner de l’ampleur actuelle de la technologie électronique dans nos sociétés du IIIe millénaire.

Lire la suite Les Cryptos Données

Images et Couleurs (Part. 1)

La science et l’art, la technique et la créativité, les outils numériques sont présents dans notre quotidien pour nous aider à communiquer, à partager et à créer. Les images RVB d’un écran d’ordinateur, les images CMJN contenues dans un livre, des pigments naturels aux codages binaires des couleurs. L’idée est de démystifier la technologie et ses complexités en utilisant l’histoire, l’art, la lumière, l’image et la couleur pour stimuler la compréhension des outils numériques tout en précisant les limites de quelques modèles scientifiques. La physique théorique elle même a des difficultés pour expliquer la manifestation colorée de la matière et son interaction avec la lumière.

Lire la suite Images et Couleurs (Part. 1)

L’Internet du Futur

Le web 3.0 est nommé ainsi par Dr Gavin Wood (co-fondateur d’Etherum) depuis 2014. Gavin a inventé certains composants fondamentaux de l’industrie de la blockchain notamment Solidity, Proof-of-Authority consensus et Whisper. Il dirige actuellement l’innovation sur Substrate et Polkadot. Le web 3.0 (Polkadot) permettra à un site web complètement décentralisé de donner le contrôle aux utilisateurs. C’est très important dans le contexte actuel de crise sanitaire pour asseoir, dans le futur, le « cul de la société mondiale » sur la chaise indépendante des citoyens dans le monde. Il faut comprendre ce qui se joue là, c’est la décentralisation des systèmes informatiques (échange de données) pour supporter l’échange des « jetons-monnaies » et des « données arbitraires-web 3.0 » à travers des blockchains sans être dépendant des serveurs dominants (GAFAM, serveurs étatiques, serveurs privé…) qui distribuent les données et en donnent accès (autorisation contrôlée).

Lire la suite L’Internet du Futur

Comité, Santé et Liberté (II)

L’esprit critique est une chose, l’esprit est autre chose. D’une chose à l’autre, l’objet désigné perd tout son sens dans le cafouillage actuel de nos élites en responsabilités politiques. A l’échelle mondiale, les enjeux géopolitiques sont intensément imbriqués dans la lutte qui fait rage entre l’Occident et l’Asie. En fait ce n’est pas vraiment géographique mais c’est l’idée des BRICS (avec Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) qui cherchent une coalition indépendante de la dérive occidentale. L’Europe vieillissante est assujettie à l’hégémonie des USA. Les américains trahissent leur âme juvénile et les outrances sont graves car les peuples opprimés (après 1945) sont en train d’inverser la situation et le karma des USA est lourd maintenant comme la somme des munitions tirées dans le monde depuis +70 ans.

Lire la suite Comité, Santé et Liberté (II)

La Logique – Part. 1

Globalement, il existe la logique déductive de la physique des phénomènes et la logique inductive de la métaphysique du noumène. Curieusement, la méthode déductive est très proche de la perfection lorsque l’on constate son existence. Il me semble évident que cette méthode déductive est récupérée des chaldéens qui eux-mêmes l’héritent d’une connaissance (orale) pré-védique.

  1. Il était une fois…
  2. Le raisonnement par analogie
Lire la suite La Logique – Part. 1

Comité, Santé et Liberté

La science est honorable et objective dans ses déductions pour rechercher la vérité phénoménologique du système étudié. La vérité est philosophiquement complexe dans l’absolue, mais finalement, très simple d’un point de vue humain car la vérité est limitée dans son acceptation. En effet, la conscience humaine est également limitée. Si l’on considère la conscience humaine comme illimitée, cela révèle clairement d’un manque d’humilité et de réflexion, à la base, pour envisager la compréhension du système étudié (l’univers). Et puis, depuis une centaine d’années, il y a le 4e postulat de la mécanique quantique qui précise que toute mesure est entachée d’erreur inhérente à la seule présence de l’instrument de mesure.

Lire la suite Comité, Santé et Liberté

Electron – Part. 5

L’électron est au cœur de l’explication du monde d’un point de vue scientifique. Découvert en 1887 par J. J. Thomson, l’électron participe à de nombreux modèles « flous ou incomplets » dans l’approche fondamentale de la physique. Au niveau théorique (modèle standard), au niveau macroscopique en cristallographie ou dans le domaine appliqué de la matière condensé. Les mathématiques sont au-dessus de ce débat, souvent en avance par rapport aux découvertes phénoménologiques de la réalité. L’empirisme expérimental de la science s’efforce de formaliser ses résultats tout en divergeant des « principes absolues » qui président à la manifestation de la réalité visible et invisible.

Lire la suite Electron – Part. 5

Electron – Part. 4

Les trois premières parties de ce travail d’association d’idées et de focalisation sur certains concepts me permet d’aborder plus sereinement la beauté et l’expression géométrique des formes naturelles. Les formes qui nous entoure sont variées. La forme sphérique domine les corps célestes qu’ils s’agissent de planètes ou d’étoiles. L’atome est également identifié à une sphère mais la cristallisation moléculaire révèle une pluralité des formes plus qu’intéressante au niveau symbolique et esthétique mais également au niveau des assemblages atomiques (échelle microscopique). L’apparence des « choses physiques » se complexifie, les forces se compensent, les lois d’attraction et de répulsion se manifestent « librement » pour laisser émerger un contrebalancement des contraires faisant penser inexorablement à l’harmonie par le conflit. C’est par le tiraillement des entités présentes dans la substance que les agrégats de matière se manifestent.

Lire la suite Electron – Part. 4

Electron – Part. 3

Pour comprendre la matière, je combine deux modèles distincts dans l’idée hypothétique de trouver un angle de vue ouvrant de nouvelles perspectives. Le modèle standard en physique des particules et le modèle des Plans et de l’atome ultime en théosophie contemporaine. Le schéma de la matière que nous offre la science s’apparente plus à un croquis inachevé et illisible. Comment accepter que le modèle standard n’explique pas la matière-énergie noire dans l’Univers. La vitesse de rotation des galaxies est un fait observable par une grandeur physique mesurable (par spectroscopie). Des deux articles précédents j’en déduis que l’électron n’existe pas comme « particule physique » mais comme manifestation d’interaction entre notre plan physique et le sous-plan E4 (hypothèse, puisqu’il y a conservation du nombre d’ANU entre H et H+). De plus des changements d’échelles (entre les différents sous-plans) génèrent des perturbations qui nécessitent d’adapter les modèles, les interactions fondamentales et donc les Plans (sens théosophique) de la manifestation visible et invisible.

Lire la suite Electron – Part. 3

Electron – Part. 2

La matière est polarisée électriquement (+) ou (-) comme pour l’électron (-) et le positron (+) sa particule antimatière. Lorsqu’un électron rencontre un positron, les deux possédent une masse, ils se transforment en rayonnement après la collision c’est à dire en photon de lumière. Le photon est électriquement neutre mais cette collision entre l’électron et le positron affirme clairement qu’il y a dans notre monde physique une équivalence entre la matière et le rayonnement. Ce résultat scientifique est contraire au bon sens. Mais c’est A. Einstein qui en trouve l’expression analytique : E = mc² ; avec E l’énergie en Joule, m la masse en kg et c la vitesse de la lumière en m/s. On voit que la masse s’exprime également dans l’unité usitée : eV/c². C’est celle utilisée pour comparer les masses des quarks dans la partie 1 de cet article.

Lire la suite Electron – Part. 2

Electron – Part. 1

L’électron est une petite particule électrifiée qui donne forme à la matière et plus particulièrement à l’atome. Les électrons tournent autour du noyau de l’atome, de 1 à 100 c’est le nombre possible d’électrons qui s’organisent sur des couches énergétiques, des orbites de « gravitation électrique » autour du noyau de l’atome. La « gravitation électrique » n’existe pas, mais l’association possible des mots sur les idées fondées par la science, rend la réalité intelligible même si le monde reste inconnu à la perspicacité humaine et à la puissance de calcul de la science. Il semble logique de penser que l’humain découvre les secrets de la matière lorsqu’il est prêt pour les exploiter en toute conscience.

Lire la suite Electron – Part. 1

I.A. et BIG DATA

l’intelligence artificielle (I.A.) est « une conséquence arbitraire » des résultats fournis par une machine. Comme un capteur qui nous donne déjà un résultat sur le monde physique. Pour un capteur de température par exemple, la technologie a évoluée depuis l’utilisation de la dilatation du mercure. Au delà des capteurs, l’I.A. (ou algorithme) analyse les données de multiples capteurs pour un robot par exemple. Il s’agit en fait d’un traitement des données. L’algorithme, au delà de ses boucles réitérés, contient nécessairement des SEUILS définis arbitrairement par le commanditaire du programme :

De nombreuses taches nécessaires au fonctionnement de la société humaine sont exécutées par des machines, stockées sur des serveurs et contrôlées par des algorithmes limités finalement par des seuils. Ce sont les seuils qu’il faut discerner pour gérer, à terme, l’autonomie des machines.

Contrairement à la robotique, le traitement intelligent des données en big data n’utilise pas de capteur. Dans le monde informatique, le capteur est notre lien avec la réalité car une mesure est effectuée. Même si l’on sait que la théorie de la mesure en quantique est plus complexe…

Lire la suite I.A. et BIG DATA

BOHM David (1917-1992)

David Bohm est né à Wilkes-Barre en Pennsylvanie aux États-Unis, et il manifeste de manière précoce un fort intérêt pour la science. C’est dans les années 70-80 qu’il formule ses idées sur « l’ordre implicite » dans l’univers et sur le relatif « modèle holographique » de la réalité. Bohm est un physicien qui s’interroge constamment sur les liens possibles entre la science et la philosophie. En 1959, il rencontre le penseur indien Jiddu Krishnamurti qui l’influence grandement dans sa « perception invisible » de la réalité.

Lire la suite BOHM David (1917-1992)

BOLTZMANN Ludwig (1844-1906)

Il était professeur de Sciences à Vienne, Graz, Munich ; partisan de l’atomistique mais adversaire de la théorie de  l’énergétique représentée par son collègue Ostwald[1] et tant d’autres… Boltzmann souffrait de dépression cyclique et termine sa vie par un suicide. La question fondamentale qu’il se pose s’inscrit dans les différences conceptuelles de la grande mécanique classique omnipuissante à l’époque {philosophie des « sciences rationnelles »} devant la toute petite thermodynamique naissante {philosophie des « sciences probabilistes »} – Voir la biographie de Lavoisier.

Lire la suite BOLTZMANN Ludwig (1844-1906)

Des techniques et des civilisations