Civilisations – Index

Les hominidés (de -20 millions d’années à -10 000 ans) Origine est-africaine des hominidés (lignée de l’homme et des grands singes) Paléocène (entre 65 et 54 millions d’années) Eocène (entre 54 et 34 millions d’années) Oligocène (entre 34 et 23 millions d’années) Miocène (entre 23 et 5 millions d’années) Entre 18 et 15 millions d’années, […]

Entre Nombres et Objets

Faire des maths Le problème des maths en France, réside dans le programme d’enseignement scolaire qui s’efforce uniquement, de classer et de sélectionner les élèves pour les conduire (avec souffrance) à l’élitisme. C’est pourquoi tant de personnes sont traumatisées par les maths ou simplement insensibles à l’intérêt primordial de la réflexion mathématique (voir Education et paradigme). […]

Extra-Terrestre

La vie est-elle uniquement mécaniste ?

Au delà de la Terre, la vie existe-t-elle ? La question peut-être posée même si, a une certaine époque, cette question là ne pouvait pas être prononcée.

Dans l’immensité du ciel étoilé, sommes-nous seuls dans l’Univers ?

Récemment des acides aminés (de la glycine qui rentre dans la composition des protéines) ont été découvert sur une comète (Roseta) en orbite autour de notre système solaire. Les acides aminés sont les « briques élémentaires » de la vie biologique. D’un point de vue épistémologique, la vie n’est pas uniquement biologique, la vie psychologique existe également, la vie spirituelle, la vie sociale et collective…

Pourquoi doit-on cantonner la vie au modèle planétaire que nous connaissons ? Et pourquoi circonscrire la vie aux définitions limitées des sciences de la vie et de la Terre. Trop de spécialisations restrictives et soumises aux raisonnements cartésiens dégradent nos possibilités imaginatives et neutralisent notre identité cognitive pour borner notre être à l’état de machine organique. Le poids des sciences matérialistes est une réalité, une exagération même depuis un siècle, surtout dans le domaine des sciences du vivant, contrairement aux sciences physiques et chimiques qui ont déjà dépassé ce genre de restrictions depuis l’émergence d’un nouveau paradigme scientifique issu de la mécanique quantique.

La mécanique quantique peut-elle être appliquée au domaine du vivant ? En fait la mécanique quantique émerge d’une certaine modélisation du concept d’énergie. Passant d’une vision continu de l’énergie vers une mathématisation discrète (discontinue) de l’énergie, l’ensemble de la structure des lois de la physique est modifiée. Comment est utilisé le concept d’énergie dans les sciences du vivant ? D’un point de vue classique ou d’un point de vue quantique… Je ne sais pas. Les sciences du vivant peuvent-elles considérer notre vie biologique à l’être énergétique que nous sommes ? D’un point de vue philosophique/théosophique en orient (en Inde), au Japon ou en Chine, dans les civilisations archaïques ou dans toutes les conceptions animistes, la vie est considérée comme ENERGIE en mouvement… (Deva, L. Chellabi)

Lire la suite de à proposExtra-Terrestre

HALLEY Edmund (1654-1724)

Né à Londres, une mission astronomique au Saint Hélène en 1677 le fit nommer membre de Royal Society à 22 ans. Il observe la constance de la température d’ébullition de l’eau et l’utilisation de ce point fixe pour comparer les dilatations de l’eau et du mercure, il établit la formule des miroirs et des lentilles […]

Les premières connaissances occidentales

Vers l’an 1000 Au début du second millénaire, l’Europe commence à sentir un vent nouveau, un air chargé par les parfums de l’orient. Par l’Espagne, le savoir raffiné des Arabes et la culture cosmopolite et universelle nous parvient pour revitaliser l’engourdissement cérébral des européens ayant subit un millénaire d’obscurantisme (matérialisme philosophique  et anthropomorphisme religieux). Guido […]

Pythagore de Samos (-500)

 Pythagore avait fondé une école de sciences, d’art musical et de philosophie symbolique mais également mystique. Pour intégrer cette école, la sélection était très difficile ; selon certains auteurs, il ne fallait pas parler pendant deux ans… c’est-à-dire que le postulant devait, avant toute chose, apprendre à se taire et surtout limiter le discours interne du mental. L’école pythagoricienne formait des disciples à la philosophie et aux sciences.

SE TAIRE : Cette contrainte bien connue également à l’époque de « l’esprit monacal » provient du symbole de l’aigle contenu dans le sphinx égyptien. Il s’agit d’apprendre à Se Taire pour mettre en veilleuse le mental et laisser ainsi la place disponible pour l’apprentissage, l’expérimentation et la créativité.

Pythagore commence par exposer ses théories (philosophie, astronomie, mathématiques, musique…) à l’âge de 40 ans, de retour sur l’île de Samos où il était né. Après un long voyage en Égypte, à Babylone, il s’était imprégné des connaissances orientales pour les combiner avec les apports de sa propre culture. En fait, son père (Mnésarque) conduit le jeune Pythagore à Tyr pour y étudier les théories des phéniciens. Ensuite, il visita l’Égypte (Memphis), l’Arabie, puis il s’installa pendant douze ans à Babylone. C’est donc à Babylone qu’il trouva le savoir nécessaire pour « percevoir l’ensemble des choses ». Bien sûr, nous l’avons vu dans le chapitre consacré aux Sumériens, Pythagore ramène en occident son fameux théorème appliqué au triangle rectangle permettant également de résoudre l’équation a²+b²=c² dont les solutions (a,b,c) forment un triplet pythagoriciens. Mais ce n’est pas tout…

Lire la suite de à proposPythagore de Samos (-500)

BRUNO Giordano (1548-1600)

Giordano Bruno a fait deux séjours à Paris : De la fin de 1581 au milieu de l’été 1583 De décembre 1585 au mois de juillet 1586 Des voyages par obligation, de l’érudition et un tempérament inflexible qui condamne Giordano Bruno car ses idées novatrices s’opposaient à la pensée unique de l’époque. Son procès eu lieu […]

Hypatie d’Alexandrie (370-415)

Capture d’écran du film d’Alejandro Amenabar. Hypatie vient de lâcher un mouchoir qui tombe en chute libre (mouvement rectiligne) sur le sol.
Martyre de la pensée libre

Première martyre de la pensée libre et de la science, fille de Théon, elle subit (violemment) le sectarisme de l’église chrétienne. En 415, suite à une querelle idéologique entre Oreste (gouverneur d’Alexandrie et protecteur des libres penseurs) et Cyrille (Évêque d’Alexandrie en 412), une violente émeute se déchaîne dans le peuple. Hypatie est fidèle à son idéal, elle est proche d’Oreste (néo-platonicien) qui était considérait comme influencé par le paganisme. Cette querelle idéologique mène « la foule » en déroute qui assaille Hypatie, la lapide, la traîne devant l’église et découpe son corps en morceaux (démembrement). C’est l’un des épisodes les plus tragiques de l’effondrement de la science grecque et de l’anéantissement de la pensée libre. Les premiers chrétiens (d’occident) étaient de féroces sauvages !

Lire la suite de à proposHypatie d’Alexandrie (370-415)

Descartes René du Perron (1596-1650)

Il est né à la Haye (Indre et Loire-Touraine), il est le créateur de la géométrie analytique (repère cartésien, coordonnées cartésiennes[1], courbe et équation)… En physique, il essayait d’expliquer les effets (expérimentalement observés) en les déduisant des causes théoriques (formalisation mathématique). Le principe de causalité est né d’un point de vue analytique car Aristote dans « Physique » […]